• Poèmes d'élèves

    Dans cet article, je propose deux poèmes d'élèves parus dans le journal"fenêtre" de la classe 2S1 en 2001(voir créer un journal).

     

    Poèmes d'élèves

     

       Et si nos enfants nous demandent  qui est Mohamed Doura ?  

                        Mohamed Doura, le symbole

                  J'aime le vent quand il souffle sur un pays en paix

                  J'aime l'espoir sous toutes ses formes

                 J'aime les enfants palestiniens qui sont contre la guerre

                 J'aime les enfants du monde qui sont nés libres

                 J'aime les enfants qui donnent leur vie pour leur pays

                            Mohamed Doura est mort.

                Le masque est tombé

                Les envahisseurs sont là

                Ils pensent qu'il est pour rien

                Qu'il est mort en cachette

                Mais l'image est nette

                Un père, un petit, des pierres

                Des soldats, des tanks, des balles

                Un petit enfant est mort

                C'est rien. Mais c'est un palestinien

                Qui s'appelle Mohamed Doura

                Mort des pierres à la main.

                Doura le monde ne peut pas t'oublier.

                                  Benmiloud Zohra, 2S1, avril 2001.

     

                                        Enfants de la pierre

     

                              Essuie tes larmes

                Et sème la joie dans les cœurs des enfants tristes

                         Sans peur et sans hésitation

                         Annonce leur la victoire

                         Car les héros palestiniens affrontent

                  Les flammes meurtrières avec des pierres

                 C'est seulement des enfants au grand cœur

                 Ils veulent vivre en paix

                 Dans leur pays libre

                 Ils essuient les larmes des innocents

                 Ils plantent dans leur cœur la foi en Dieu

                 Ils plantent l'olivier

                 Ils plantent l'amour d'autrui

                 Palestiniens

                 Et tous les opprimés du monde

                 Nous sommes avec vous

                 Nous sommes tristes

                 Lorsque vous l’êtes

                 Frères

                 Nous sommes désolés

                 Que nos bras ne soient pas assez longs

                 Pour pouvoir jeter une pierre.

                    Bensaffedine Loubna, 2S1, 2001.

     

    « L'éducation se fait par l'exempleCréer un journal »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :