• Reconstruire un texte

           Reconstruire un texteC'est un très bon exercice d'expression orale et écrite. Il développe la mémoire de l'enfant et l'habitue à bien écouter. Franchement, j'aime bien cet exercice. Je vais expliquer mon procédé.

          Je me souviens d'avoir proposé à mes élèves de reconstruire deux poèmes de Victor Hugo ( très ambitieux); "demain, dès l'aube" et "elle avait pris ce pli". Deux très beaux poèmes qui ont la particularité d’être simples. En effet, dans ces textes le poète frôle la prose mais ce n'est pas de la prose et c'est là tout le génie de l'auteur.

         Le poème est expliqué en séance de compréhension de l'écrit. On peut utiliser un texte en prose complètement nouveau pour les élèves pour éviter qu'il  soit ennuyeux. Je lis une fois le poème. Puis, à l'aide du jeu des questions réponses, les élèves reconstruisent les vers, les répètent. Ensuite, on les porte au tableau. On peut aussi écrire seulement le premier mot et le dernier du ver ou encore des jalons pour aider les élèves, une grille avec des repères.

        Dans ce genre d'exercice, le prof doit utiliser la mime.

         La reconstitution d'un poème est plus difficile que celle d'un texte en prose car on ne peut pas faire de la presque reconstitution de texte, qui peut être aussi très bénéfique.

          Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
          Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
          J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
          Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

          Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
          Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
          Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
          Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

          Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
          Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
          Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
          Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

    Reconstruire un texte

          Elle avait pris ce pli dans son âge enfantin
          De venir dans ma chambre un peu chaque matin;
          Je l'attendais ainsi qu'un rayon qu'on espère;
          Elle entrait, et disait: Bonjour, mon petit père ;
          Prenait ma plume, ouvrait mes livres, s'asseyait
          Sur mon lit, dérangeait mes papiers, et riait,
          Puis soudain s'en allait comme un oiseau qui passe.
          Alors, je reprenais, la tête un peu moins lasse,
          Mon oeuvre interrompue, et, tout en écrivant,
          Parmi mes manuscrits je rencontrais souvent
          Quelque arabesque folle et qu'elle avait tracée,
          Et mainte page blanche entre ses mains froissée
          Où, je ne sais comment, venaient mes plus doux vers.

     

    « Echauffer la classeVous n'êtes pas meilleur que moi, Monsieur ! »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :