• Une maman

    Une Maman…   Ma mère n'avait qu'un seul œil, je la détestais car elle me faisait honte.
    Elle était cuisinière de cantine dans l’école où j’étudiais.
    Un jour, alors que j’étais dans mon école primaire,
    elle vint me rendre visite pour s’assurer que j’allais bien.
    Je me sentis tellement gêné, comment ose-t-elle me faire ça !?
    Après ça, je l'ignorais et la regardais avec des yeux emplis de haine.
    Le lendemain, un camarade me dit : « ta maman n’a qu’un seul œil, ohhhh !! »
    A cet instant précis, je préférais disparaître sous terre et que ma mère sorte définitivement de ma vie.
    Je la confrontais le lendemain pour lui dire « à cause de toi, je suis la risée de tout le monde, pourquoi ne meurs tu pas ? »
    Mais, elle ne me répondit pas
    Je ne pensais pas ce que je disais, j'étais tellement en colère.
    Je n'imaginais pas ce qu'elle pouvait éprouver face à mes propos et je quittais les lieux.
    J'étudiais avec acharnement et obtins une bourse pour étudier à Singapour.
    Je partis effectivement à Singapour où j'étudiais, me mariais, achetais une maison et fondai s ma famille… Je vivais une vie heureuse et paisible.
    Un jour, ma mère vint me visiter à Singapour, ça faisait des années qu'elle m’avait perdu de vue.
    Elle n'avait jamais rencontré ses petits enfants.
    Elle resta au seuil de la porte, alors que mes enfants se moquaient d’elle.
    Je m'écriais alors : « comment te permets-tu de venir jusqu’ici et faire peur à mes enfants ?
    Sors d’ici immédiatement! »
    Elle répondit calmement : « je m’excuse, je me suis trompée d’adresse »…et elle disparut
    Un jour, je reçus une invitation de mon ancienne école pour assister à une réunion dont le thème était le rapprochement familial.
    Je mentis à mon épouse et lui fit croire que je partais en mission de travail.
    Après la réunion, je passais par la maison où j’avais grandi.
    J'appris par les voisins que ma mère était décédée.
    Je ne versais aucune larme.
    Ils me remirent une lettre que ma mère m’avait laissée « Mon fils, chéri, j’ai toujours pensé à toi
    Je suis désolée de ma visite à Singapour et d’avoir effrayé tes enfants.
    J’étais très contente lorsque j’ai su que tu allais venir pour la réunion
    Seulement je ne pouvais pas quitter le lit pour te voir.
    Je suis navrée de t’avoir fait honte à maintes reprises dans ta vie
    Sais-tu, qu'étant enfant tu as eu un accident et tu as perdu un œil.
    Et comme toute mère, je n’ai pu te laisser grandir qu’avec un seul œil
    Alors, je t’ai donné mon œil…
    J’étais fière et ravie de savoir que mon fils allait voir le monde avec mon œil
    Avec tout mon amour
    Ta maman »

       La morale de cette histoire: les mamans font toujours ce qu’il faut pour leurs enfants, même si ceux-ci ne le réalisent pas… Auteur inconnu 19 novembre, 2009Posté par emergenceducoeur dans : Textes à méditer / Philosophies de vie

     

     

     

    « Deux hommesPause technique »

  • Commentaires

    1
    Samedi 4 Février à 15:51

    C'est triste comme histoire, mais la morale est là, cruelle et réaliste. Je n'ose pas imaginer la douleur de cette mère qui a dû subir un rejet aussi farouche de la part de son enfant à qui elle avait donné son cœur et son corps.

    (PS : il y a quelques fautes de temps et de mise en page, est-ce pour respecter le texte de l'auteur ou de simples erreurs ?)

      • Dimanche 5 Février à 22:06

        Merci, au fait, je viens de me rendre compte de votre remarque pertinente: j'ai pris le texte tel qu'il est. Encore merci

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :