• Annales du bac

    Voilà des sujets qui peuvent vous aider maintenant si vous voulez le corrigé , il suffit de le dire.

     Ça m'encourage beaucoup de trouver vos commentaires. Merci

  • Bac 2015             Série : sciences, maths, maths technique, gestion économie.

    Texte: 

            Lorsqu'un enfant ne possède que les quelques mots de la rue qui, le plus souvent, baignent dans une ambiance dominée par l'inconvenance, l'impolitesse, l'indélicatesse et la grossièreté, souvent accompagnées de violence, il devient alors et malgré lui systématiquement discourtois, impoli, voire agressif. Voilà une des raisons qui font que la connaissance d'un grand nombre de mots pallie offre à l'enfant des substituts plutôt attractifs, c'est à dire un vocabulaire adéquat et fourni. En effet, la possession d'un vocabulaire riche, varié et attachant permet à l'enfant de faire le choix d'un langage correct qu'il utilise dans son environnement immédiat. Ce qui contribue à façonner sa personnalité dans la civilité*, loin de toute goujaterie*.

             Lors d'un séminaire international, tenu à l'occasion de la journée internationale de l'enfant, des spécialistes ont confirmé cet état de fait qui convoite l'esprit de l'enfant de par son innocence. Il a été prouvé que les mots acquis dans la prime jeunesse ne sont pas si neutres que nous pensons, dans la mesure où ils interviennent dans l'évolution et les transformations mentales qui le façonnent. C'est avec le premier lot de mots de vocabulaire qu'il acquiert, que l'enfant entre directement dans le monde de la communauté et de la communication. devenu simple image verbale d'une langue, l'enfant est donc soumis aux langue qui sont l'instrument orientable, positionnable et dépendant à volonté de la mission qui lui est conférée. C'est subséquemment qu'apparait dans une même langue ou dans des idiomes* distincts, des langues dites «  violentes » et des langues dites «  douces ».

            Afin que l’enfant ne soit ni otage d’un réduit lexical ni la victime d’une overdose de paroles refoulées ; seule la combinaison de l’école et du milieu familial, deux milieux déterminants qui doivent strictement veiller au choix des mots et vocables à lui inculquer. Ce n’est, en définitive, qu’ainsi que lui seront offerts les moyens nécessaires qui lui permettront de faire équilibre et d’éviter les pièges des tentations langagières.

                                                 D’après A.Abdessalam, «  Liberté » du 07 – 11 – 20016

     

     

    Vocabulaire :

    *civilité : politesse, courtoisie.

    *Goujaterie : grossièreté, muflerie, impolitesse.

    *idiome : langue, dialecte.

    Questions :

    I – Compréhension de l’écrit : ( 14 points )

    1. La thèse défendue par l’auteur est :
    • La rue façonne la personnalité de l’enfant dans la civilité.
    • L’enfant qui n’apprend que le langage de la rue devient agressif.
    • La rue permet à l’enfant de se comporter avec politesse.

    Recopiez la bonne réponse.

         2. Relevez du texte un mot et une expression qui s’opposent à «  rue ».

         3. Classez les termes et expressions suivants : "langage correct - discourtois - impoli - 

             vocabulaire adéquat - agressif - civilité " selon ce qu'ils expriment :

             a - Enfant au vocabulaire limité ...,...,...

             b - Enfant au vocabulaire riche ..., ..., ...

       4. A travers son texte, l'auteur préconise l'emploi d'une langue correct.

           Relevez du 1er paragraphe, quatre (04) adjectifs qui qualifient ce langage.

      5. En relisant le texte, relevez quatre (04) termes appartenant au champ lexical de "langue".

      6. A quoi renvoie, dans les passages suivants, chacun des pronoms : ils - le - lui

      a - "... ils interviennent dans l'évolution et les transformations mentales qui le façonnent." (2ème paragraphe)

      b - ..veiller au choix des mots et vocables à lui inculquer ." ( 3ème paragraphe)

      

     


    votre commentaire
  •     Le copiage, en milieu scolaire ou universitaire, n'est pas un phénomène récent. Néanmoins, ces dernières années, il a pris une telle ampleur qu'on commence à s'interroger sérieusement sur la fiabilité de certains résultats et même sur la validité de certains diplômes.

         Des élèves et des étudiants y recourent pour différentes raisons. Les uns écrasés sous le double poids du flot informationnel à mémoriser et du dispositif injuste de l'évaluation, le considèrent comme un mal nécessaire imposé. Certains, malheureusement nombreux, en proie à de réelles difficultés d'apprentissage et d'adaptation, y voient un remède-miracle ou une véritable bouée de sauvetage. D'autres s'en servent pour "booster" leurs performances dans une course folle contre les potentiels rivaux créées par des enseignants en mal d'imagination.

       Pour ma part, même si je risque de culpabiliser ou de fâcher mes meilleurs camarades, j'estime que ce fléau du savoir ne doit pas être toléré, au contraire, il doit être éradiqué.

        C'est en effet, une tare c'est-à-dire un défaut qui déprécie à la fois, le travail fait et celui qui le fait. C'est surtout, une attitude immorale qui piétine les fondements essentiels de l'éducation, de la science et de la justice.

         Alors, il me semble, qu'au lieu de légitimer ou de consacrer la promotion scolaire, universitaire, scientifique professionnelle et sociale sur la base de l'effort et du mérite, on favorise, à travers la tricherie, la médiocrité et l’incompétence qui ne peuvent conduire qu'à la décadence tôt ou tard.

                                                                             

                                           Questions

    Compréhension

          1. Quel est le thème traité dans ce texte ?

          2. Quelle est la thèse défendue par l'auteur ? Relevez dans le texte une

              phrase qui justifie votre réponse.

          3. Classez les expressions suivantes dans le tableau suivant : une tare ou un

              défaut / un remède miracle / une véritable bouée de sauvetage / un mal

              nécessaire imposé / ce fléau du savoir / une attitude immorale.

     

                           Pour l'auteur                                     Pour les copieurs   

      -

      -

      -

     

     

      -

      -

      -

     

     

     4. L'auteur marque-t-il sa présence ? Pourquoi ?

     5. Voici des éléments en désordre du plan du texte, remettez les ordres en

          fonction du texte : impact négatif du copiage - motifs du copiage - rejet du

          copiage - aggravation du copiage - arguments contre le copiage.

     6. " Des élèves et des étudiants y recourent pour différentes raisons"

          A quoi renvoie le pronom souligné ?

      7. Proposez un titre au texte autre que le copiage ou son synonyme.

     

    Production écrite

            Traitez un seul sujet.

      1. Faites le compte rendu de ce texte.

      2. Certains apprenants prennent le copiage pour un remède miracle. Êtes vous

          d'accord avec eux ? Expliquez votre point de vue.


    votre commentaire
  • La classe de lettres

         Loin de partager l'opinion de ceux qui prétendent que la culture littéraire comporte des risques parce qu'elle détruit la naïveté et l'innocence de l'enfant, j'estime au contraire qu'elle le prépare à la vie dès lors qu'elle contribue à la maturité précoce et en profondeur de son esprit et de son caractère.

         C'est pourquoi je considère que c'est une aventure merveilleuse de suivre une classe de lettres. Le propre de cet enseignement en effet, j'allais dire son honneur, est de n'avoir pas peur de la réalité et de ne tolérer aucun interdit. On peut tout aborder à condition de faire réfléchir les élèves, de brusquer leur esprit, de provoquer leur étonnement.

         C'est également dans la classe de lettres que les hypocrisies et les préjugés, sources de tant de malentendus et de malheurs seront débusqués, démontés, dénoncés, démystifiés. Et cela par la vertu des influences contradictoires en étudiant plusieurs auteurs différents par la pensée, le gout et l'esprit, nos élèves affronteront des points de vues multiples, connaitront le doute et l'inquiétude, deux qualités prodigieusement fécondes de l'esprit humain. En même temps, le contraste leur apprendra une chose essentielle : l'homme d'une seule pensée est un esclave.

         C'est à ce prix qu'on les arrache au troupeau et qu'on les rend eux mêmes. Mais combien savent en profiter ?

                                                                    J.Onimus

                      Questions

        Compréhension :

          1. Dans le texte deux thèses sur la culture littéraire s'opposent

                 a) Précisez chacune des thèses.

                 b) Citez les arguments ( ou l'argument) de chaque thèse.

           2. Quel est l’intérêt d'étudier en classe des auteurs différents ?

           3. Relevez dans le texte les termes qui traduisent les différences entre les

               auteurs étudiés.

            4. « Les hypocrisies et les préjugés seront débusqués, démontés,

                 dénoncés, démystifiés»

                   Selon vous, quel peut être l'agent de ces différentes actions ?

            5. D'après l'auteur, la culture littéraire  contribue au développement

                de l'élève et de son esprit. Relevez dans le texte, une expression qui le

                le montre.

    Expression écrite :

            Un sujet au choix.

          1. Faites le compte rendu de ce texte.

          2. Pour l'auteur, la classe de lettres est une aventure merveilleuse.

              Êtes vous de cet avis ? Justifiez votre réponse.

     

           

     


    votre commentaire
  •       « La plupart des jeunes, en milieu populaire et dans les quartiers sensibles, ont le petit écran comme essentiel moyen de culture. » Il faut en tenir compte. La télévision est souvent accusée quant à son influence sur les enfants et les adolescents. Commençons par la comparer à la lecture. A l'inverse des livres, le petit écran entrainerait une certaine passivité. Pensez vous que cela soit exact ? On peut certainement dire que, lorsque les gens lisent, ils sont actifs, car ils mettent en œuvre un très grand nombre d'opérations intellectuelles. Mais il faut souligner qu'ils n'en sont capables qu'en raison d'un très long travail éducatif en relation avec la lecture, depuis qu'ils sont très jeunes. S'il existe des enfants , des adolescents, des adultes bons lecteurs et déployant une grande activité intellectuelle lors de leurs cultures, c'est parce que depuis leur petite enfance, les écrits et les imprimés ont fait partie de leur environnement éducatif : on leur a lu des histoires, on leur a fait lire des livres, on leur a posé des questions sur ce qu'ils lisent ... A l'école, on interroge très souvent les enfants sur les textes qu'on leur fait lire.

           A contrario, la télévision fait rarement l'objet de stimulation intellectuelle. Comme il n'y a pas d'analphabétisme en matière d'images, le petit enfant développe d'emblée une approche de la télévision. Cette approche naturelle, non contrainte, fait croire aux adultes qu'on n'a pas à apprendre à regarder la télévision, alors qu'on doit apprendre à lire. Mais cette approche spontanée peut rester superficielle, comme il existe une lecture " littérale" des textes écrits. En raison de cette illusion, les parents et les éducateurs n'ont pas , pour le petit écran, la même approche que vis -à-vis de la lecture. On ne développe pas, par rapport à la télévision, le même type de questionnement, de mise à distance, de réflexion qu'on a développé avec le livre. Ainsi si l'on compare les activités développées autour de l'écrit, que ce soit en famille ou à l'école, et celles s'articulant autour de la télévision, on observe un abime considérable. Ce qui rend intelligent quand on lit, ce n'est pas le fait qu'il s'agisse d'un livre, mais le fait qu'on développe à son propos toutes sortes de références, anticipations, attitudes qu'on s'est peu à peu appropriées au cours de notre cursus scolaire.

                  La télévision pour lire et écrire

    Hachette éducation

    Questions

    Compréhension ( 12 points ) 

      1. Deux thèmes sont abordés dans le texte. Lesquels ?

      2. Que signifie " petit écran" ?

      3. Quel mot du texte lui est associé ?

      4. Relevez dans le texte quatre mots ou expressions appartenant au champ lexical du livre.

       5. « Il faut en tenir compte » que remplace le pronom souligné ?

      6. Que signifie la première expression «A contrario » du deuxième paragraphe?

          Qu'annonce-t-elle?

       7. Quelle différence établit le texte entre la lecture et la télévision ? Quel mot est utilisé dans le texte pour désigner cette différence ?

       8. Citez trois opérations intellectuelles développées autour de la lecture.

       9. « En raison de cette illusion... » De quelle illusion s'agit-il ?

       10. Qu'est ce que, selon le texte, rend intelligent ?

       11. Proposez un titre au texte.

     Production écrite : ( 8 points)

       Traitez un des deux sujets au choix.

          1.  Votre camarade présente un exposé sur l'influence des médias sur les jeunes. Vous estimez que ce texte lui sera d'un grand apport alors, en une centaine de mots, rédigez le compte rendu critique de ce texte.

            2. Beaucoup de personnes pensent qu'on ne doit pas avoir l'Internet chez soi car elle influence négativement surtout le enfants. Qu'en pensez vous ? expliquez par des arguments.

     


    votre commentaire
  • Vous êtes un ... numéro

       Je déteste les ordinateurs. Je me suis bien amusé en lisant dans le journal la mésaventure survenue à un vénérable vieillard plus que centenaire. Cela s'est passé en Suède. Ces pays nordiques sont habités par de drôles de gens : ils ont la maladie de tout accomplir de façon impeccable, le défaut de fabriquer des produits irréprochables, des produits qui fonctionnent bêtement comme l'indique " la notice ci jointe ". D'ailleurs, justement, tout y est informatisé : une complexe machine aux voyants colorés, à la mémoire infaillible, après avoir engrangé votre fiche le jour de votre naissance, se mettra à régler votre vie par de froides et péremptoires injonctions (...) A l'age de sept ans vous recevrez une note vous informant que vous êtes inscrit sous le numéro 467 à l'école primaire de votre quartier et que vous devez vous y présentez impérativement le 15 septembre; ce qui est arrivé justement au vieux suédois âgé de cent sept (107) ans. Face à la barbe blanche du patriarche, l'informaticien confus expliqua que dans le fichier on n'avait réservé que deux cases pour la rubrique âge, ce qui faisait qu'au delà de quatre-vingt-dix-neuf ans la machine remettait le compteur à zéro et recommençait.

         - C'est une question de coût, a tenu à expliquer l'homme aux puces. Trois cases, c'est  forcément plus cher. Statiquement, il y a une si faible probabilité de voir un citoyen dépasser un âge à deux chiffres que l'investissement n'est pas rentable. Une façon élégante et moderne d'inviter les aïeux à trépasser avant l'âge fatidique. Heureusement, me suis - je dit en prenant connaissance de ce fait curieux, pareille mésaventure ne risque pas de survenir dans mon pays.

                                                                             Rachid Mimouni

                                                                            « Les ordinateurs et moi»

    Questions

    Compréhension :

    1. Relevez dans le 1er paragraphe, deux mots qui désignent "l'ordinateur".

     2. Relevez du second paragraphe, une expression qui reprend le terme "informaticien".

    3. La mésaventure rapportée par l'auteur est  :

         a) un conte

         b) un fait divers

         d) une histoire imaginaire

                  Recopiez la réponse juste.

      4. «Ces pays nordiques sont habités par de drôles de gens »

            Dans cette phrase, le terme " drôles" signifie :

           a) bizarres et amusants

           b) hospitaliers et travailleurs

           c) paresseux et fainéants

                               Recopiez la réponse juste

      5. «Je déteste les ordinateurs»

          «... vous informant que vous êtes inscrit... »

      A qui renvoie chacun des pronoms soulignés ?

     

    Expression écrite :

               Traitez un seul sujet au choix.

       1. Est ce que vous pensez que l'ordinateur est devenu nécessaire dans la vie ? Expliquer votre point de vue.

        2. Faites le compte rendu de ce texte.

     


    votre commentaire
  •         L'invasion des tracteurs                        

         1929, l'année de la grande crise économique aux États Unis. La banque prend possession des terres des paysans. Ceux-ci assistent à l'arrivée des tracteurs...

        Les tracteurs arrivaient sur les routes, pénétraient dans les champs, grands reptiles qui se mouvaient comme des insectes. Ils rampaient sur le sol, traçaient la piste sur laquelle ils roulaient et qu'ils reprenaient. Tracteurs Diesel qui crachotaient au repos, s'ébranlaient dans un bruit de tonnerre qui peu à peu se transformait en un lourd bourdonnement. Monstres camus qui soulevaient la terre, y enfonçant le groin qui descendaient les champs, les coupaient en tout sens, repassaient à travers les clôtures, à travers les cours, pénétraient en droite ligne dans les ravins. Ils ne roulaient pas sur le sol mais sur leur chemin à eux. Ils ignoraient les côtes et les ravins, les cours d'eau, les haies, les maisons.

        L'homme assis sur son siège de fer n'avait pas l'apparence humaine; gants, lunettes, masque en caoutchouc sur le nez et la bouche, il faisait partie du monstre, un robot sur son siège. Le tonnerre des cylindres faisait trembler la campagne, ne faisait plus qu'un avec l'air et la terre, si bien que terre et air frémissaient des mêmes vibrations. Le conducteur était incapable de le maitriser ... Il fonçait droit sur la campagne, courait à travers une douzaine de fermes puis rebroussait chemin. Un coup de volant aurait pu faire dévier la chenille, mais les mains du conducteur ne pouvaient pas tourner parce que le monstre qui avait construit le tracteur, le monstre qui avait lâché le tracteur en liberté avait trouvé le moyen de pénétrer dans  les mains du conducteur, dans son cerveau, dans ses muscles, lui avait bouché les yeux avec des lunettes, l'avait muselé ... avait paralysé son esprit, avait muselé sa langue, avait paralysé ses perceptions, avait muselé ses protestations. Il ne pouvait pas voir la terre telle qu'elle était, il ne pouvait pas sentir ce que sentait la terre; ses pieds ne pouvaient pas fouler les mottes ni sentir la chaleur. La puissance de la terre. Il était assis sur un siège en fer, les pieds sur des pédales de fer. Il ne pouvait pas célébrer, abattre, maudire, ou encourager l'étendue de son pouvoir, et à cause de cela, il ne pouvait pas se célébrer, se fustiger, se maudire, ni s'encourager lui-même. Il ne connaissait pas, ne possédait pas, n'implorait pas la terre. Il n'avait pas foi en elle. Si une graine semée ne germait pas cela ne faisait rien. Si les jeunes plants se fanaient par suite de la sécheresse ou s'ils étaient noyés par des pluies diluviennes le conducteur ne s'en inquiétait pas plus que le tracteur.

                                                                             John Steinbeck

                                                                      « Les raisins de la colère»

                                          Questions

       Compréhension :

        1. A quoi le tracteur est-il comparé dans dans le premier paragraphe?

        2. A quoi l'homme est-il comparé dans le deuxième paragraphe?

        3. Complétez le tableau suivant avec: « incapable de maitriser, il ne s'inquiétait pas, un robot, les mains ne pouvaient pas tourner, il n'avait pas foi en la terre, son esprit était paralysé l'avait muselé, ne pas sentir.»  

          Absence de sentiment             Absence de volonté

    -

    -

    -

    -

    -

    -

    -

    -

     

     4. « Le conducteur n'aimait pas plus la terre que la banque n'aimait la terre »

        Cette phrase veut dire :

           a) Il aimait la terre que la banque n'aimait pas

           b) Lui comme la banque, n'aimaient pas beaucoup la terre

           c) Il n'aimait pas la terre que la banque aimait

                           Recopiez la réponse juste.

      5. Comment sont présentés conducteurs et tracteurs ?  Pourquoi ?

      6. Proposez un autre titre au texte.

    Expression écrite :

    Traitez un seul sujet au choix.

        1. Aujourd'hui, pensez vous que le paysan a besoin du tracteur et de la banque ? expliquez en quelques lignes notre point de vue.

        2. Rédigez le compte rendu de ce texte qui sera publié dans le journal du lycée.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique